Chalon Aikido

Des techniques efficaces effectuées sans heurt et visant à canaliser et à contrôler l’adversaire

Techniques à mains nues avec un ou plusieurs adversaires, armés ou non Techniques au sabre et au bâton Techniques de respiration et de concentration
Toutes les techniques visent au contrôle de l’adversaire, l’amenant à une chute et/ou une immobilisation. Il s’agit de canaliser le mouvement, la vitesse et la force de l’adversaire, de les utiliser sans rentrer en opposition avec eux


Pas de compétition, une discipline accessible à tous
 

La recherche de l’aïkido est celle de l’équilibre optimum de l’individu par rapport à lui même, et par rapport à son environnement. Si comme au Judo, le pratiquant d’aïkido utilise des techniques de projection et d’immobilisation pour déséquilibrer et maîtriser son adversaire, il peut également accompagner ses mouvements d’une série " d’atemis " c’est à dire de coups de poings et de pied portés, comme au karaté en des endroits vitaux du corps.
Mais contrairement au Judo et au Karaté qui constituent des disciplines sportives, soumises à des règles très strictes, l’Aïkido est un art martial dont la pratique exclut toute idée de compétition.
Technique de défense idéale, l’Aïkido s’efforce de transformer l’agressivité de son adversaire en lui démontrant l’inutilité de son attaque. Discipline physique et morale complète, l’Aïkido permet d’acquérir une parfaite maîtrise de soi tout en assurant un développement harmonieux du corps.



L'Aîkido, une discipline accessible à tous

Plutôt convaincre que vaincre, sans humilier et en respectant l'intégrité physique de l'un et de l'autre.
La recherche de l'Aïkido est celle de l'équilibre optimum de l'individu par rapport à lui-même, et par rapport à son environnement. Chacun peut se conformer à ses possibilités physiques, le but étant précisément de mieux les connaître. Une telle pratique est donc accessible à tous, hommes ou femmes, de l'âge tendre à l'âge mûr.


Les armes en Aïkido
 

Puisant ses origines dans le BUDO ou voie des armes, l’aïkido moderne inclut la pratique des armes. Ainsi, font partie intégrante de notre pratique :
Boken (sabre en bois)
Jo (baton en bois),
Tanto ("poignard" en bois)

Les entraînements plus spécifiquement centrés sur les armes ont généralement lieu le jeudi.


Boken (sabre en bois)



au Japon, le terme le plus usité pour désigner un sabre de bois est bokutō (木刀), le terme bokken (木剣) étant un synonyme plus rare. C’est cependant ce dernier terme qui est le plus utilisé hors du Japon. En japonais, le caractère ken (剣) s’emploie de préférence au début d’un mot pour les termes ayant un rapport avec l’escrime, comme dans kendō (剣道 Voie du sabre) ou kenjutsu (剣術 Art du sabre). Le caractère katana (刀, se prononce tō dans les associations de plusieurs caractères) est plutôt utilisé comme un suffixe, comme dans shōtō (小刀 sabre court) et daitō (大刀 grand sabre).

(Extrait de Wikipédia)

Le JO (杖 jō )




Considéré comme "le pilier de l’Aïkido", le Jo est un bâton moyen. C’est une arme traditionnelle japonaise en bois d’une longueur de 1,28 mètre et d’un diamètre de 2,6 centimètres environ. Il est utilisé lors de la pratique de l’Aïkido (aiki-jō).

Le Tantō (短刀)




"Poignard" japonnais en bois de moins de 30 cm avec une forme légèrement courbé.


La nature féminine dans l'Aïkido

Dans les activités sportives, la compétition oblige à une segmentation des publics par catégorie. Dans l’aïkido, il n’y a pas de compétition, femmes et hommes pratiquent ensemble, passent leur grades ensemble. L’aïkido ne propose pas de pratique féminine spécifique. Fallait-il l’inventer ? Sûrement pas !
Pratiquer l’aïkido ne suppose pas de posséder une force incroyable. Pour faire vite, il s’agit de récupérer  l’énergie de l’attaque de l’adversaire et de la lui resservir.
La plus grande part de l’apprentissage va résider dans cette expertise : être dans le temps de l’attaque, dans son contrôle sans toutefois contraindre. Bien évidemment, les femmes ont leur place dans cette pratique sans aucun aménagement nécessaire. Donc pas de place réservée pour les femmes mais pas de place refusée non plus.
Le principe d’aïkido, par essence même, se trouve à la croisée de ces qualités homme-femme, physiques et mentales. Il exige une nature martiale déterminée et disponible pour rester face au conflit sans toutefois se heurter contre ; une tonicité nécessaire pour prendre acte de cette attaque et une adaptabilité suffisante pour conduire l’adversaire au sol.
De plus, l’art martial en qualité de voie (do) s’appuie sur le postulat de la connaissance de soi. Il nous propose de trouver sa place. Trouver sa place accroît l’estime de soi et estompe le sentiment de péril identitaire. Cette finalité concerne tout pratiquant et éloigne toute tentative de partition homme-femme.

Commission Fédérale Féminines
Marie-Christine VERNE


      
 arts martiaux chalon